Le 20 décembre 2013, l’Intermarché de Saint-Pée-sur-Nivelle (64) testait l’installation d’un kiosque de récupération de bouteilles en plastique sur son parking. Trois ans après, 42 Intermarché sont équipés et le déploiement de ces kiosques continue.

De janvier à mai 2016, plus de 8 millions de bouteilles ont été collectées dans les points de vente Intermarché. En effet, les kiosques Reco (groupe Suez), installés sur les parkings des Intermarché, offrent aujourd’hui une alternative à la collecte sélective dans des zones où celle-ci est souvent assez peu performante.

L’objectif est simple : inciter les consommateurs au geste du tri. Ces kiosques 100 % automatisés permettent la collecte et le recyclage de bouteilles et flacons en plastique. Les utilisateurs qui consentent à ce geste simple et écologique sont récompensés : ils bénéficient d’un bon d’achat généralement de 2 centimes d’euro par bouteille. Ce bon est utilisable immédiatement dans l’Intermarché. Pour le distributeur c’est un moyen de fidélisation, pour le consommateur c’est une façon d’augmenter son pouvoir achat. Ils partagent ensemble une démarche « gagnant-gagnant » en faveur de l’environnement.

Le kiosque de récupération plébiscité par les Mousquetaires

Le succès constaté auprès des premiers Intermarché pilotes du concept a porté ses fruits et a convaincu au fil des années, de nombreux chefs d’entreprises de l’enseigne des Mousquetaires. Chacun est aujourd’hui satisfait de participer à une action qui allie habilement un geste éco-responsable et commercial.

Les deux dernières installations ont été sur les parkings des Intermarché de Souzy (69) et de Montauban de Bretagne (35). Un succès immédiat avec près de 39 830 bouteilles récoltées pour l’Intermarché de Montauban de Bretagne depuis le 8 juillet 2016. Et pour aller plus loin, les bouchons récoltés par le point de vente vont au profit d’une association locale pour un enfant atteint d’une maladie orpheline.

La consigne dans les mœurs en Belgique

La collecte rémunérée rappelle inévitablement le système de consigne, à la différence près que le coût de cette collecte n’est pas intégré en amont dans le prix de vente au consommateur et que la rétribution se présente sous forme de bons d’achat.

Si l’idée simple de la consigne était devenue une pratique désuète en France depuis les années 1990, ce n’est pas le cas en Belgique « championne du tri ». Dans les Intermarché belges, la collecte concerne principalement les bouteilles en verre de bière dont il existe différents formats. Tous les Intermarché du plat pays disposent d’une « vidange », c’est-à-dire un espace où le consommateur scanne et dépose ses bouteilles ou ses casiers. En échange il reçoit le remboursement de sa consigne. Le prix moyen s’élève à 0,10 euro par bouteille et 2,10 euros par casier. Pas de kiosque sur le parking, les vidanges sont directement imbriquées dans le bâtiment via un système de traitement tantôt mécanique, tantôt automatisé. Les bouteilles sont triées, collectées  et reprises par la base logistique Intermarché de Villers-le-Bouillet. Elles sont alors retournées dans les brasseries, nettoyées puis réintégrées dans les chaînes d’embouteillage pour être réutilisées sans transformation.

Partagez cet article : Share on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookPin on PinterestPrint this pageEmail this to someone

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer l’audience de ce site et vous proposer des contenus, services et publicités adaptés à vos centres d’intérêts.
En savoir plus