Poivre Rouge rejoint le Groupe La Boucherie

Poivre Rouge rejoint le Groupe La Boucherie


Le Groupe La Boucherie et le Groupement Les Mousquetaires signent un accord engageant qui permet aux 78 restaurants Poivre Rouge de rejoindre le Groupe La Boucherie et ses 155 restaurants.

La reprise des restaurants-grill Poivre Rouge constitue pour le Groupe La Boucherie un accélérateur de développement qui lui permet de faire significativement croître son réseau et densifier son maillage territorial. Le Groupe La Boucherie, franchissant le seuil des 200 restaurants, atteint aujourd’hui une taille critique favorable au renforcement de sa performance et à l’optimisation de sa croissance. Ce qui va développer son attractivité vis-à-vis de ses clients, comme de ses franchisés actuels et à venir.

Ce rapprochement renforce l’attractivité du Groupe La Boucherie et en fait un acteur incontournable de la restauration à table.

Nous sommes très heureux de cette reprise. L‘enseigne « La Boucherie », marque forte de notre groupe, va voir très rapidement grandir son nombre de restaurants et renforcer ses implantations nationales. La reprise intervient à un moment où le Groupe réaffirme ses valeurs familiales, centrées autour de la passion du métier de restaurateur, de la sélection et la qualité des produits. L’écoute et la satisfaction des clients en restaurant animent quotidiennement nos équipes et font la réussite de notre concept. Plus nombreux seront les restaurants, plus forts nous serons pour soutenir le développement de La Boucherie

Bertrand Baudaire
Président du Groupe La Boucherie.

Cet accord engageant prévoit la cession au Groupe La Boucherie de 100% des titres d’ITM Restauration qui porte l’activité restauration des Mousquetaires sous la marque « Poivre Rouge », marque qui sera également cédée. Cet accord prendra effet le 30 septembre 2019.

Ce choix permet avant tout d’assurer à nos adhérents et à leurs entreprises de réelles perspectives de performance et de développement – tout en ménageant des conditions de transition qui leur seront très favorables. Le Groupe La Boucherie qui les accueille est un groupe à taille humaine, avec un professionnalisme avéré et une culture proche de la nôtre. En outre, les concepts Poivre Rouge et La Boucherie étant très proches, nous ne manquerons pas de continuer à satisfaire les clients.

Richard Beuf,
Président d’ITM Restauration

L’enseigne Poivre Rouge a été lancée par le Groupement Les Mousquetaires en juin 2010, prenant la suite de l’enseigne Restaumarché lancée en 1980. Aujourd’hui, les 68 chefs d’entreprise Poivre Rouge sont à la tête d’un parc de 78 restaurants, qui constitue le 5e acteur du marché du restaurant-grill en France.

Lait « Les éleveurs vous disent MERCI ! » : 30 millions de litres vendus !

Lait « Les éleveurs vous disent MERCI ! » : 30 millions de litres vendus !


En février 2018, Intermarché lançait le lait « Les éleveurs vous disent MERCI ! », en co-construction avec les 136 éleveurs qui composaient, à cette époque, l’Organisation de Producteurs (OP) de la Laiterie Saint-Père d’Agromousquetaires. Plus d’un an après, le succès est toujours au rendez-vous, avec trente millions de litres vendus, et 77 nouveaux adhérents à l’OP.

Producteurs et Commerçants

Disponible dans tous les points de vente Intermarché, le lait « Les éleveurs vous disent MERCI ! » se démarque par sa transparence sur la répartition du prix – clairement présentée sur le packaging : la brique de lait demi-écrémé est vendue 0,88 € dont 0,44 € sont reversés aux éleveurs.

Le lait « Les éleveurs vous disent MERCI ! » permet aux consommateurs de faire le choix d’un achat citoyen, privilégiant une meilleure rémunération des éleveurs.

Au départ de cette aventure, nous avions envisagé la vente de 5 millions de litres sur une année en hypothèse basse. Un an et demi après, nous en sommes à 30 millions, c’est au-delà de nos espérances. Cette réussite, nous la devons au soutien continu du grand public.

Elodie Ricordel, Présidente de l’Organisation de Producteurs

Ce lait a pu voir le jour grâce à l’historique de nos relations avec le monde agricole et à la maîtrise de notre outil industriel. Nous sommes très fiers de ce succès, qui illustre l’efficacité des partenariats producteurs & commerçants.

Yves Audo, Président d’Agromousquetaires

Les éleveurs de la Laiterie Saint-Père vous disent merci !

Avec une rémunération de 440 euros les 1 000 litres définie en partenariat avec les éleveurs, cette brique de lait est celle qui rémunère le mieux les producteurs.

Microsoft et Intermarché annoncent un partenariat stratégique

Microsoft et Intermarché annoncent un partenariat stratégique


Microsoft France et Intermarché concrétisent aujourd’hui une ambition commune pour la transformation de la chaîne de valeur de l’écosystème alimentaire français, des producteurs aux consommateurs.

Ce partenariat se traduira dans un premier temps par la création d’une Data Factory fondée sur la technologie Cloud Azure de Microsoft, à même de libérer le potentiel de la donnée au service d’Intermarché, l’enseigne dotée d’un modèle unique « Producteurs & Commerçants » et d’un positionnement de proximité porté, dans ses territoires, par des chefs d’entreprise indépendants.

À cette occasion, Carlo Purassanta, Président de Microsoft France, et Thierry Cotillard, Président d’Intermarché, réaffirment des valeurs communes pour une création de valeur respectueuse des nécessaires évolutions environnementales et sociétales, des attentes des consommateurs et des dynamismes locaux.

Ce partenariat stratégique avec Intermarché s’inscrit pleinement dans le cadre de nos engagements en faveur des écosystèmes locaux, avec une attention spécifique portée à l’innovation des filières à fort impact sociétal, telles que l’alimentation et la distribution. Cette collaboration avec Intermarché illustre notre rôle de catalyseur pour que la technologie crée de la valeur « de la fourche à la fourchette », au plus près des territoires, des filières agricoles et au service des acteurs économiques et sociaux locaux.

Carlo Purassanta, Président de Microsoft France

« Mieux produire »
« Mieux consommer »
« Mieux manger »

Au-delà du travail sur notre offre de produits et de services, notre ambition est de rendre encore plus concrète une expérience client permettant à chaque consommateur d’avancer dans sa pratique du « mieux manger ». À terme, grâce à ce partenariat avec Microsoft et aux ressources de la data, notre objectif est de permettre à chaque client Intermarché de mieux s’informer, de mesurer et de maîtriser l’impact de sa propre consommation. Aujourd’hui, l’information sur la provenance des aliments, leurs conditions de fabrication, leur empreinte environnementale et sociétale, leur impact sur la santé… sont indispensables pour une consommation transparente, donc responsable.

Thierry Cotillard, Président d’Intermarché

Le potentiel de la donnée au service du « mieux manger »

En développant conjointement une Data Factory, Microsoft et Intermarché concrétisent leur engagement commun : contribuer aux fondations d’un « mieux produire », d’un « mieux consommer » et d’un « mieux manger » agroalimentaire français plus sain, sûr et durable, en adéquation avec les urgences environnementales et sociétales ainsi qu’avec le pouvoir d’achat du plus grand nombre.

La Data Factory d’Intermarché combinera les bénéfices du Cloud Azure de Microsoft et ses technologies d’Intelligence Artificielle, telles que le Machine Learning, la Data Visualisation ou encore la Computer Vision pour, notamment, proposer une offre personnalisée, tant au niveau de chaque point de vente qu’au niveau de chaque consommateur. Elle permettra aux équipes, notamment, de proposer des produits ou assortiments sur mesure, en fonction des spécificités locales et des préférences de chacun et chacune pour piloter son engagement en faveur du « mieux manger ».

Grâce au recueil et à l’exploitation au fil de l’eau des données, l’Intelligence Artificielle de Microsoft s’imposera comme un outil d’aide à la décision, qui favorisera aussi l’excellence opérationnelle en points de vente, permettant aux équipes de gagner en disponibilité pour mieux accompagner leurs clients et leur proposer, dans chaque point de vente Intermarché, l’expérience d’un commerce humain, proche et à l’écoute.

Un partenariat en faveur d’un commerce humain, proche et à l’écoute

Le positionnement unique d’Intermarché, avec les 3 000 chefs d’entreprises indépendants et les 62 unités de production agroalimentaires Mousquetaires, avec près de 90 000 collaboratrices et collaborateurs dans 1 800 points de vente sur le territoire français, allié à la capacité d’animation et de mobilisation de Microsoft au plus près des besoins des acteurs locaux, constitue une base solide pour le futur de la distribution alimentaire en France.

Initié avec Intermarché et la STIME, la DSI du Groupement Les Mousquetaires, ce partenariat permettrait, à terme, de capitaliser sur les premiers acquis pour envisager d’éventuels déploiements à d’autres enseignes du Groupement. Dans le cadre de la transformation digitale du Groupement et de la montée en puissance des usages collaboratifs, la STIME pilote aujourd’hui le déploiement de la suite Office365 auprès des 3 000 chefs d’entreprises Mousquetaires et de plus de 100 000 collaboratrices et collaborateurs.

Agromousquetaires et AGROCAMPUS OUEST créent la Chaire « Mieux produire pour Mieux manger – de l’agriculteur au consommateur »

Agromousquetaires et AGROCAMPUS OUEST créent la Chaire « Mieux produire pour Mieux manger – de l’agriculteur au consommateur »


Forts de leur engagement commun en faveur des filières agricoles et alimentaires responsables, Agromousquetaires et AGROCAMPUS OUEST renforcent leur coopération en créant une chaire d’entreprise nommée « Mieux produire pour Mieux manger – de l’agriculteur au consommateur ».

Une Chaire d’entreprise en faveur du Mieux produire

Lieu d’échanges et de co-construction entre le monde de l’entreprise et le monde académique et scientifique, cette chaire partenariale vise à accompagner des projets scientifiques et pédagogiques autour d’une thématique stratégique : la transformation des filières alimentaires pour une production responsable, de l’agriculteur au consommateur.

D’une durée de quatre ans, cette Chaire permettra la production et la diffusion de nouveaux savoirs et le développement de nouvelles compétences liés aux enjeux sociétaux et environnementaux dans le secteur agroalimentaire. Elle contribuera à l’enrichissement des parcours de formation des futurs cadres de l’industrie agroalimentaire pour répondre aux défis des entreprises, des territoires et de la société actuelle.

Le secteur de l’agroalimentaire fait face à des enjeux environnementaux et sociétaux majeurs. Il doit s’inscrire dans des filières plus responsables et durables pour, à la fois, pour faire évoluer nos modèles et répondre aux besoins des consommateurs. Cette Chaire, qui rassemble étudiants, chercheurs et professionnels, contribuera activement à relever ce défi

Yves Audo, Président d’Agroumousquetaires

Formation et recherche, les piliers de la Chaire « Mieux produire pour Mieux manger – de l’agriculteur au consommateur »

Les travaux de la Chaire s’articuleront autour de plusieurs volets complémentaires :

  • Contribuer à la formation des étudiants aux enjeux des filières alimentaires responsables et développer leur connaissance du monde agro-industriel

    Plusieurs activités pédagogiques innovantes à destination des futurs ingénieurs agroalimentaires formés par AGROCAMPUS OUEST seront organisées. Avec des collaborateurs Agromousquetaires, ils participeront chaque année à un challenge qui identifiera des pratiques plus responsables et durables. Visites d’usines, conférences de professionnels d’Agromousquetaires, recrutement de stagiaires et jeunes diplômés viendront compléter le dispositif.
  • Développer la recherche autour de la certification HVE

    En combinant les approches pragmatiques d’Agromousquetaires et les approches scientifiques des chercheurs d’AGROCAMPUS OUEST, la Chaire soutiendra des activités de recherche collaboratives contribuant à accompagner la transition vers des systèmes alimentaires plus responsables. Ainsi, un programme de recherche autour de la certification Haute Valeur Environnementale (HVE) sera développé. Ce projet s’appuiera sur les travaux menés par l’équipe R&D d’Agromousquetaires et les compétences des équipes de recherche d’AGROCAMPUS OUEST. Première étape : le recrutement en stage de fin d’études d’un étudiant, ainsi que d’un doctorant pour une durée de 3 ans.

Un partenariat qui traduit les engagements d’Agromousquetaires et d’AGROCAMPUS OUEST

Ce partenariat fort traduit l’engagement d’Agromousquetaires dans la transition agroalimentaire et environnementale concrétisé par sa stratégie « Producteurs Responsables ». Celle-ci s’appuie en particulier sur la mise en place de filières d’approvisionnement responsables, le développement de partenariats extérieurs et des ressources humaines au service de cette dynamique.

Cette chaire s’inscrit également dans la démarche de développement durable et de responsabilité sociétale d’AGROCAMPUS OUEST, dont l’objectif est de former des étudiants aptes à répondre aux enjeux du monde de demain et de développer une recherche responsable pour des systèmes agricoles et alimentaires durables.

Pour les deux partenaires implantés sur le premier bassin agricole et alimentaire français, la Chaire « Mieux produire pour Mieux manger – de l’agriculteur au consommateur » est aussi un moyen de soutenir l’innovation au cœur des territoires.

Face à l’urgence climatique et environnementale, les Mousquetaires s’engagent et contribuent à l’opération « Ensemble pour le climat » lancée par le Club Génération Responsable

Face à l’urgence climatique et environnementale, les Mousquetaires s’engagent et contribuent à l’opération « Ensemble pour le climat » lancée par le Club Génération Responsable


À l’occasion de la Semaine Européenne du Développement Durable 2019, le Groupement Les Mousquetaires s’engage aux côtés d’autres enseignes adhérentes du Club Génération Responsable, du 1er au 30 juin pour sensibiliser les consommateurs, collaborateurs et citoyens avec l’opération « Ensemble pour le climat ».

Diverses actions seront organisées dans 15 000 points de vente et sur le site internet dédié pourleclimat.com, afin d’informer, conscientiser et donner les clés à chacun pour agir au quotidien face à l’urgence environnementale et climatique.

Les enseignes Mousquetaires s’engagent pour le climat et soutiennent une agriculture durable

Dans le cadre de l’opération « Ensemble pour le climat », le Club Génération Responsable met en place une action en faveur de l’agroforesterie française avec l’association Arbre & Paysage, soutenue par les 15 enseignes participantes.

Sur le site pourleclimat.com, il est possible de faire un don pour planter des arbres et soutenir une agriculture durable. Les arbres sont au service de l’homme et de la nature, ils permettent la régénération des sols, la protection de la biodiversité et la captation du carbone. L’objectif est de planter 10 000 arbres à l’automne 2019 grâce aux contributions qui seront collectées par l’ensemble des enseignes. À ce jour, 50 000€ de dons sont déjà comptabilisés soit 5 000 arbres à planter.

Les enseignes Intermarché, Bricomarché, Roady et Poivre Rouge se mobilisent pour encourager leurs collaborateurs et clients à s’informer sur les enjeux climatiques et les actions des enseignes participant à l’initiative, rassemblées dans un livre blanc. Chacun est invité à se mobiliser et faire un don via le site pourleclimat.com relayé par des affiches en points de vente et un concours.

Nous avons un véritable challenge à relever : climat sur nos territoires, devenir un acteur engagé pour le climat, au bénéfice de la santé, du mieux-vivre et la préservation d’un monde meilleur pour les générations futures. Tous ensemble pour le climat, chefs d’entreprises, collaborateurs et clients

Jean-Marc L’Huillier
Président direction développement durable des Mousquetaires

En parallèle, les enseignes Mousquetaires lancent, en 2019, différentes actions novatrices et concrètes pour le climat :

Avec Intermarché, on achète en vrac et on réduit les emballages

Intermarché, enseigne déjà engagée en faveur de la réduction des emballages, va plus loin en rendant possibles les changements de modes de consommation : encore plus de rayons vrac et le vrac bio qui arrive sur le Drive.


Chez Bricomarché, on cultive la biodiversité attitude !

Bricomarché, en partenariat avec l’association Noé, travaille à l’élaboration d’une offre de produits et de conseils permettant de favoriser la biodiversité dans les jardins, pour fin 2019. Ainsi la nature joue pleinement son rôle de régulation du climat.

Chez Roady, on valorise l’éco-conduite

Roady sensibilise ses clients à l’écoconduite via un miniguide des bonnes pratiques à adopter. Bons réflexes de conduite, entretien, et bien sûr pression des pneus… Faites la vérifier gratuitement avant les grands départs !

Poivre Rouge scrute les assiettes et propose le menu « Bon pour le climat »

Poivre Rouge travaille avec l’association « Bon pour le climat » pour comprendre la relation entre le type d’aliments, la saisonnalité, la provenance et le climat afin d’inclure en 2020 à sa carte quelques plats « bas carbone ».

Les Mousquetaires : un Groupement de producteurs et commerçants engagés et responsables

En matière de développement durable, le Groupement est engagé dans des actions concrètes en direction de ses clients, de ses collaborateurs et des territoires via l’application du plan de réduction gouvernemental visant à réduire de 40 % les dépenses d’énergie et d’atteindre 32 % d’énergies renouvelables à horizon 2030. Un « plan zéro déchet non valorisable » et « zéro gaspillage alimentaire » d’ici 2025 a également été mis en place.

Pour atteindre ces objectifs, le Groupement favorise la vente de produits locaux et surtout la réduction des déchets, notamment le carton, avec plus de 131 000 tonnes en 2018 et prévoit le déploiement de la flotte de livraison en 100% gaz naturel à termes.

Le Groupement s’engage également à promouvoir et participer activement à l’accélération du développement de l’énergie solaire en France, avec un plan à 5 ans portant sur 50 hectares de panneaux photovoltaïques.

Pour en savoir plus sur les actions et engagements du Groupement, consultez le rapport développement durable 2018.

Intermarché soutient l’industrie charcutière française

Intermarché soutient l’industrie charcutière française


Intermarché soutient l’industrie charcutière française et s’engage, par un processus de négociations accéléré, à accepter sans délai les hausses justifiées pour les matières premières issues de porc français.

Alors que les ravages de l’épidémie de fièvre porcine africaine en Chine font fortement augmenter les cours du porc, et que cette situation inédite sur le marché mondial des viandes est aujourd’hui plutôt favorable aux éleveurs, Intermarché vient en aide, en urgence, à l’industrie charcutière française ébranlée par la situation. Pour autant que celles-ci concernent des matières premières issues de porc français et soient justifiées, Intermarché acceptera les hausses souhaitées par ses fournisseurs, à la date souhaitée par l’industriel.

Situation inédite

Depuis son arrivée en Chine mi-2018, la propagation de la fièvre porcine africaine a été fulgurante dans un pays qui accueille « près de la moitié » des porcs sur la planète[1]. La maladie, sans danger pour l’homme, se propage aussi aux pays voisins d’Asie du Sud-Est. C’est donc quasiment l’équivalent de la production européenne qui va manquer en Asie, vu les besoins énormes de la Chine, premier consommateur mondial de viande de porc, qui produisait jusqu’à présent 55 millions de tonnes de viande porcine par an, soit 45% du total mondial. L’Europe et la France sont donc confrontées à des importations massives de viande de porc, à destination de l’Asie.

Explosion des cours et vive inquiétude de l’industrie des salaisons

Cette situation se traduit par une explosion des cours du marché du porc : le prix du kilo au marché au cadran de Plérin dans les Côtes-d’Armor, qui fait référence dans la profession, est passé de 1,20 euro mi-mars à 1,47 euro le 20 mai 2019. Côté Producteurs, cette situation est jugée « un peu meilleure », au regard « des heures compliquées pendant les dernières années pour la rentabilité des exploitations ». En revanche, l’industrie des salaisons est contrainte, elle, de réussir à vendre plus cher ses produits à la grande distribution pour faire face à la situation. Car, entre l’industrie agroalimentaire et la grande distribution, les prix sont fixés dans un contrat annuel qui a été signé, cette année, avant le début de la hausse des prix du porc, marché par ailleurs en déconsommation.

Agir en responsabilité

Dans une prise de conscience commune vis-à-vis de cette situation extrêmement délicate pour les salaisonniers, « Intermarché et Herta ont trouvé les moyens pour, d’une part, éviter aux industriels d’être engagés dans un « effet ciseau » et pour d’autre part, permettre aux consommateurs d’accéder à prix raisonnable aux produits de charcuterie, tout en garantissant leur disponibilité », explique Arnaud de Belloy, directeur général d’Herta France. »

Loïc Hénaff, président du directoire de Jean Hénaff, lui, salue « l’initiative d’Intermarché qui nous a appelé pour anticiper notre besoin urgent d’une hausse de nos tarifs. Cette démarche positive est bien dans l’esprit des EGA car elle permet de fluidifier la répercussion des fluctuations du prix du porc. C’est une opportunité pour les éleveurs bretons de notre Communauté de Progrès. C’est, je l’espère, le point de départ d’un nouvel état d’esprit généralisé dans la filière. »

« À l’issue d’un unique rendez-vous, qu’Intermarché a d’ailleurs initié, l’enseigne a décidé de nous accompagner sur les hausses de tarifs auxquelles nous sommes contraints vu l’urgence de la situation et pour assurer la pérennité de notre entreprise. Les Mousquetaires ont été à l’écoute du contexte exceptionnel auquel nous sommes confrontés » commente Patrice Rautureau, directeur général de Charcuterie vendéenne.

« Intermarché a été très ouvert à la discussion : nous avons obtenu un rendez-vous très rapidement, au cours duquel nous avons validé ensemble la hausse de nos tarifs que le contexte actuel nous oblige à passer » ajoutent Aude-Marie et Pierre-Alexis Ageorges, directeurs généraux de Salaison Gérial.

En temps de crise, nous nous devons, en toute responsabilité, de sortir du schéma classique des négociations commerciales avec les industriels en acceptant certaines hausses de nos prix d’achat, théoriquement bloqués pour un an. En contrepartie de ces hausses consenties, Herta, dont l’essentiel de la production est réalisé dans des usines françaises représentant 1 500 emplois, s’est engagé à développer la part de porc français dans ses gammes.

Thierry Cotillard
président d’Intermarché

« Producteurs et commerçants, nous sommes attentifs à la filière dans toute son extension, c’est-à-dire à tous les maillons de la chaîne de création de valeur. Entrepreneurs et commerçants, nous sommes particulièrement attachés à la vitalité des entreprises et des PME avec lesquelles nous travaillons », conclut Thierry Cotillard, président d’Intermarché.


[1] Source : FAO

« Mieux produire » pour « Mieux manger » : Agromousquetaires et Intermarché s’engagent dans une filière blé à Haute Valeur Environnementale (HVE)

« Mieux produire » pour « Mieux manger » : Agromousquetaires et Intermarché s’engagent dans une filière blé à Haute Valeur Environnementale (HVE)


Grâce à son statut unique de « Producteurs & Commerçants », Intermarché est le premier acteur de la grande distribution à commercialiser des pains issus de cultures de blé Haute Valeur Environnementale.

En co-construction avec Agromousquetaires et deux coopératives partenaires, La Dauphinoise et La Tricherie, Intermarché propose à ses clients de consommer plus sain, sûr et durable en proposant trois références de pain issu de blé HVE : une baguette, un pain de 400 g et un pavé de 550 g.

Coopération entre tous les acteurs de la chaîne de production

Répondant aux aspirations des consommateurs, puisque deux Français sur trois souhaitent consommer de manière plus responsable[1], Intermarché commercialise ses premières références de pain HVE.

Ce projet est l’aboutissement d’un travail de concertation et de coopération entre tous les acteurs de chaîne de production de la panification :

La Dauphinoise (38) et La Tricherie (86), les deux coopératives partenaires rassemblant, aujourd’hui, 33 fermes en cultures HVE ;
La minoterie Degrange (73), partenaire d’Agromousquetaires et des coopératives dans la production de farine ;

Le Moulin de la Chaume (07) et Les Moulins de Saint-Preuil (16), deux unités de production d’Agromousquetaires, le pôle agroalimentaire des Mousquetaires ;

Intermarché, le distributeur.

Grâce à notre modèle unique de « Producteurs & Commerçants », nous sommes en mesure de maîtriser la provenance, la qualité, la traçabilité de nos produits et pouvons faire évoluer les cahiers des charges de nos approvisionnements. Cette configuration nous permet, après le vin, d’élargir au pain notre offre HVE. 

Thierry Cotillard,
président d’Intermarché

Le « Mieux produire » au service du « Mieux manger »

Agromousquetaires a défini pour ses filières des plans de progrès afin de répondre aux nouvelles attentes sociétales et environnementales.

Ceux-ci sont conduits selon une méthode de travail fondée sur un dialogue constant avec l’ensemble des parties prenantes qui se retrouvent au sein de comités scientifiques : interprofessions, représentants de l’agroalimentaire, experts scientifiques et ONG.

C’est dans ces conditions et grâce à cette méthode de collaboration qu’Agromousquetaires a créé la première filière pains issus de cultures de blé HVE.

À ce jour, 33 fermes partenaires ont obtenu ce label. Pour accompagner les agriculteurs céréaliers dans cette transition vers la HVE, Agromousquetaires met en place des contrats avec un prix d’achat fixe garanti pendant 3 ans, qui couvre les coûts de production de l’exploitation et qui permet l’engagement dans la démarche vertueuse HVE.

Ce prix fixe est indépendant des variations des cours du blé. Avec ce plan d’accompagnement, Agromousquetaires souhaite être un facilitateur pour chaque exploitation HVE ou en conversion HVE.

HVE : après le vin… le blé…

En s’engageant, les premiers, dans une filière de « grande culture » à Haute Valeur Environnementale, Agromousquetaires et Intermarché affirment leur volonté de proposer des produits à faibles impacts environnementaux issus d’une production responsable, préservant la biodiversité tout en soutenant le monde agricole.

Seul distributeur français à disposer de ses propres unités de production, Intermarché se fixe l’objectif de commercialiser 50% des pains à sa marque La Campanière sous le label HVE d’ici 2023, et 100% d’ici 2025.

À plus court terme, l’enseigne prévoit de proposer une 4ème référence : le pain complet.


Cette évolution vers la Haute Valeur Environnementale de la filière pain d’Agromousquetaires fait suite au tournant HVE déjà pris par la filière vin d’Agromousquetaires, puisque 9 références de vin issu d’exploitation HVE sont déjà disponibles en points de vente sous la marque Expert Club.

En tant que producteurs responsables, nous avons à jouer un rôle majeur dans la transition progressive du modèle agricole vers l’agroécologie. 4e acteur agroalimentaire en France, Agromousquetaires entend contribuer activement aux changements des pratiques agricoles pour construire une offre pour tous les consommateurs, en adéquation avec les nouvelles attentes environnementales et sociétales, ainsi qu’avec le pouvoir d’achat du plus grand nombre. Notre engagement dans la HVE atteste la volonté des Mousquetaires de construire des filières agricoles plus responsables et durables, et s’inscrit, une nouvelle fois dans la mise en œuvre, concrète des EGA.

Yves Audo
président d’Agromousquetaires

[1] Etude BrandZ 2017, France – Kantar Millwardbrown

Roady s’implante à Castelnaudary dans le département de l’Aude

Roady s’implante à Castelnaudary dans le département de l’Aude


L’enseigne automobile du Groupement Les Mousquetaires poursuit le développement de son réseau et ouvre son 115ème centre-auto français à Castelnaudary (11).

Nicolas Rumeau et Hannah Tapley ont choisi de devenir chefs d’entreprise indépendants chez Roady, séduits par les valeurs et le modèle du Groupement, ainsi que par le dynamisme du pôle automobile Mousquetaires.

Un nouveau centre-auto Roady à Castelnaudary, près d’un centre commercial

Roady, 3e réseau national de centres-autos, ouvre lundi 15 avril un nouveau centre à Castelnaudary (11).  Il est situé en face du centre commercial Ôcastel, près de l’autoroute et fait 670 m² dont 275 m² d’atelier, dédié à l’entretien et la réparation automobile, et 180 m² de surface de vente. Le centre propose à ses clients une large offre de produits et de services de qualité à prix bas, avec ou sans rendez-vous.

Membre du réseau des Mousquetaires, l’enseigne Roady bénéficie d’un positionnement prix offensif, aussi bien au niveau de ses prestations techniques (entretien et réparation) qu’au travers de la vente de produits en magasin. Dans l’espace de vente, plus de 40 000 produits, pièces techniques et pneumatiques de grandes marques sont proposés.

Les centres-autos Roady s’efforcent également de répondre à toutes les exigences du parc automobile actuel, y compris les véhicules les plus récents, avec le maintien de la garantie constructeur. En proposant une offre complète de produits et services, l’enseigne Roady souhaite être l’alternative aux réseaux des constructeurs.

L’ouverture de Roady Castelnaudary a permis la création de 8 emplois en CDI. Les nouveaux salariés ont été essentiellement recrutés en partenariat avec Pôle Emploi.

Le savoir-être et le sens du commerce comme du service, ont été les qualités principales pour intégrer notre équipe. Nous souhaitons apporter un cadre de travail épanouissant à nos collaborateurs et nous accordons de l’importance à l’évolution professionnelle

Nicolas Rumeau
Roady – Castelnaudary (11)

Un couple de chefs d’entreprise indépendants qui parie sur l’avenir

Après avoir travaillé plus de 20 ans dans l’automobile en tant que technicien puis conseiller commercial pour différentes marques, Nicolas Rumeau a souhaité évoluer, devenir indépendant et partager son savoir. Son épouse ayant une solide expérience en comptabilité, droit et gestion, des compétences complémentaires aux siennes, c’est tout naturellement qu’ils ont choisi de mener cette aventure en couple. 

Le modèle Mousquetaires, avec le partage entre chefs d’entreprises et la contribution régulière, par le « tiers temps », aux prises de décision concernant les filiales communes du Groupement, les a séduits. « Notre parcours d’intégration au sein du Groupement Les Mousquetaires a été une étape très enrichissante grâce aux différentes rencontres et aux échanges de bonnes pratiques. Nous souhaitions intégrer un groupe dans lequel nous pourrions apporter notre pierre à l’édifice » confie Nicolas Rumeau.

Le couple est ravi de débuter cette aventure entrepreneuriale et se projette déjà à long terme.

Quand les fondations seront bien solides, nous souhaitons proposer de nouveaux services à nos clients, innover, pour leur offrir le meilleur et permettre à notre équipe de développer de nouvelles compétences !  Dans quelques années, peut-être que le centre sera agrandi et que certains collaborateurs voudront se lancer à leur tour dans l’entrepreneuriat. 

Hannah Tapley
Roady – Castelnaudary (11)
Brico Cash ouvre son 2nd point de vente en Île-de-France et s’installe à Meaux, en Seine-et-Marne

Brico Cash ouvre son 2nd point de vente en Île-de-France et s’installe à Meaux, en Seine-et-Marne


Vendredi 12 avril 2019, Brico Cash, enseigne du Pôle Équipement de la Maison du Groupement Les Mousquetaires aux côtés de Bricomarché et Bricorama, ouvre son nouveau point de vente à Meaux (77).

Il s’agit du second Brico Cash implanté en Ile-de-France, moins d’un an après l’ouverture de Brico Cash Montgeron dans le département de l’Essonne.

Un projet issu de « Convergence », le rapprochement Brico Cash/Bricomarché et Bricorama

À l’issue de 4 mois de travaux entamés en janvier dernier, ce site prend le relais d’un ancien point de vente Baktor, enseigne low cost de Bricorama. Ce passage sous enseigne Brico Cash s’inscrit dans la dynamique de convergence entre les enseignes Bricomarché/Brico Cash et Bricorama, intégrée au Groupement Les Mousquetaires en janvier 2018. Les 23 collaborateurs de Baktor sont maintenus à leur poste sous cette nouvelle enseigne.

Brico Cash, l’esprit discount qui allie quantité et qualité

Le site propose, sur une surface de 4 000 m2, une offre alliant stocks en quantités « chantier » et prix discount. Les habitants de Meaux et des communes environnantes pourront y trouver des produits de qualité nécessaires à la construction et à la rénovation de l’habitat, dans une ambiance entrepôt (palettes, produits en vrac, rayonnages très hauts, …) complétée d’une cour pour les matériaux et produits de chantier

Des services adaptés aux besoins de gros bricoleurs

Brico Cash Meaux proposera à ses clients les services déjà présents dans les autres points de vente de l’enseigne :

  • Ouverture de compte professionnel ;
  • Livraison sur chantier ;
  • Location de camionnette ;
  • Location de matériel en partenariat avec Tool Matic, marque exclusivement distribuée chez Brico Cash ;
  • Menuiserie sur-mesure (fenêtres et portes de placard) ;
  • Livraison béton prêt à l’emploi sur chantier ;
  • Étude plancher béton ;
  • Machine à teinter.

Il ouvrira de 7h00 à 12h30 et de 14h00 à 19h00 du lundi au vendredi, et de 7h00 à 19h00 sans interruption le samedi.

Brico Cash, le meilleur allié des professionnels et des particuliers gros bricoleurs

Dédiée à la construction et à la rénovation de l’habitat, l’enseigne Brico Cash s’engage à proposer ses 12 000 références en quantités « chantier » et aux prix les plus bas tous les jours. Un engagement qui se traduit très concrètement : si un client trouve moins cher ailleurs, Brico Cash lui rembourse en effet deux fois la différence.

L’offre Brico Cash, ce sont aussi des produits de qualité (grandes marques et marques dédiées) ainsi que de nombreux produits d’arrivage en quantités limitées.

Les points de vente Brico Cash se veulent tels le prolongement du chantier, un lieu où chaque bricoleur peut trouver en toute simplicité tous les indispensables à la réalisation de son projet.

Quatre start-up remportent l’appel à projets « Bien Chez Moi »

Quatre start-up remportent l’appel à projets « Bien Chez Moi »


Le 27 mars dernier, la start-up 5th Dimension a gagné le prix Accompagnement proposé par le Groupement Les Mousquetaires.
Cette idée innovante participera activement au développement du concept Bien Chez Moi, en faveur du bien-vieillir.

Franc succès pour l’appel à projets « Bien Chez Moi »

En octobre 2018, la première boutique « Bien Chez Moi » ouvrait ses portes à Flers (61) sous l’impulsion du Groupement Les Mousquetaires.

À la suite, un appel à projets national a été lancé, pour soutenir de nouveaux projets en faveur du bien-vieillir, de la qualité de vie et du bien-être quotidien des seniors.

La direction de l’Innovation du Groupement Les Mousquetaires a reçu plus de 70 dossiers présentant des projets novateurs et pertinents. Parmi toutes ces candidatures, un jury d’experts a sélectionné 7 dossiers finalistes pour le prix Accompagnement.

Le succès de cet appel à projets illustre l’intérêt et l’engouement grandissants pour la Silver économie.

La start-up 5th Dimension remporte le prix Accompagnement

La start-up 5th Dimension propose des lunettes connectées qui permettent de mieux entendre. En version solaire ou correctrice, ces lunettes contiennent un circuit discret dans la branche, doté d’intelligence artificielle permettant au porteur de filtrer les sons. Celui-ci entend ainsi plus distinctement la voix de son interlocuteur, que ce soit au téléphone ou dans les interactions en face-à-face, sans être gêné par les sons environnants. En effet, la monture combine pour la première fois la maîtrise du son sans obstruer l’oreille. Cette solution s’appuie sur la maîtrise de la conduction osseuse pour transmettre directement les sons.

D’allure classique, l’objet sera distribué chez les opticiens, dans les magasins d’objets connectés et au sein de l’enseigne Bien Chez Moi. Pour l’instant, cette paire de lunettes intelligentes est un prototype. Une première version sera commercialisée à l’automne 2019.

Par son ingéniosité, la start-up 5th Dimension a su convaincre le jury, composé de chefs d’entreprise Intermarché, de la direction de l’Innovation du Groupement Les Mousquetaires, mais aussi d’une cliente « Bien Chez Moi ». Le gagnant remporte un accompagnement personnalisé par la direction de l’Innovation d’une valeur de 30 000 € pour concrétiser son projet.

SmartCane, Cutii et Lumaïna gagnent le prix Référencement

En parallèle, un prix Référencement a été décerné à trois start-up : SmartCane, Cutii et Lumaïna. Ces gagnants verront leur produit identifié pendant 4 mois minimum au sein de la boutique Bien Chez Moi à Flers.

SmartCane, une canne intelligente 

Cette canne connectée possède un dispositif d’alerte afin de rassurer l’utilisateur lors de ses sorties. En cas de chute, celui-ci peut prévenir rapidement les secours ou ses proches. Cette canne de marche est une alternative à la téléassistance.

Cutii, un robot compagnon

Le compagnon virtuel Cutii a pour mission d’apporter des services aux seniors pour préserver leur autonomie le plus longtemps possible. À commande vocale, il peut mettre la personne en lien avec un service d’urgence, une consultation médicale à distance ou encore contacter sa famille via Skype. Il reconnaît aussi son interlocuteur et se déplace entre les meubles.

Lumaïna, un chevet connecté

Lumaïna réinvente le chevet des seniors avec un produit esthétique et multifonction. Ce meuble propose un chemin lumineux pour prévenir les chutes, une lampe de lecture, des prises et des rangements pour garder des effets personnels comme des lunettes ou un téléphone.

Bien-vieillir : une évolution sociétale majeure, donc un enjeu capital

En créant le premier concept point de vente dédié aux attentes des plus de 60 ans, le Groupement Les Mousquetaires, via sa direction de l’Innovation, a souhaité apporter une réponse au défi du bien-vieillir, enjeu sociétal majeur en France dont la population senior va progresser de 25% d’ici à 2030.

Conscients qu’il reste encore beaucoup de solutions à inventer, les Mousquetaires vont plus loin pour soutenir et accompagner le développement d’initiatives en faveur du bien-vieillir.