28 avril 2020

Face aux conséquences du Covid-19, Intermarché soutient les producteurs de muguet et de Saint-Nectaire

  1. Accueil
  2. News release
  3. Face aux conséquences du Covid-19, Intermarché soutient les producteurs de muguet et de Saint-Nectaire


Confronté aux conséquences du confinement, l’ensemble du monde agricole s’organise pour faire face à la crise. Intermarché s’engage auprès des interprofessions en identifiant chaque semaine des filières en besoin de soutien. L’enseigne développe aussi, pour chacune d’entre elles, une campagne médias visant à éveiller l’intérêt des consommateurs et à soutenir les achats.

Nécessaire soutien aux producteurs de muguet

La filière horticole représente, en France, 3 600 producteurs et 22 000 emplois. 80% des ventes de plantes s’effectuent entre la mi-mars et la fin du mois de mai, selon la FNSEA (Fédération Nationale des Syndicats Exploitants Agricoles). Cette année, à l’approche du 1er mai et de la tradition du muguet, les producteurs s’inquiètent : ils estiment que 70 à 80% des 60 millions de brins de muguet habituellement vendus chaque année risquent d’être perdus. Intermarché se mobilise en achetant leur production à 6 horticulteurs français spécialistes du muguet. L’enseigne mettra en avant des pots de muguet, ainsi que des bouquets confectionnés par les Ateliers de Saint-Valentin et les Serres d’Anjou, unités de production d’Agromousquetaires (pôle agroalimentaire du Groupement Les Mousquetaires).

Depuis le début du confinement, Intermarché est aux côtés des producteurs français. Nous nous mobilisons, chaque jour, pour apporter notre soutien, cette semaine aux producteurs de muguet durement impactés. Certains d’entre eux sont contraints de laisser pourrir leurs brins et d’abandonner des mois de travail, faute de débouchés commerciaux. Intermarché met tout en œuvre pour les soutenir. Soutenir les producteurs de muguet, c’est non seulement être solidaire d’une filière en difficulté, mais également valoriser un produit 100% français, de la griffe au bouquet.

Stéphane de Fontenay,
Chef d’entreprise Intermarché en charge du commerce de l’enseigne

Les fromages AOP, toujours en grande difficulté

Selon les derniers chiffres de la FDSEA (Fédération Départementale des Syndicats Exploitants Agricoles) du Cantal (15), de nombreux producteurs de fromages AOP ont vu leurs ventes baisser de 60 à 80 % en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19. Les fromages AOP d’Auvergne sont particulièrement concernés par cette récession. Pour Marie-Paule Chazal, directrice de l’ISN (Interprofession du Fromage AOP Saint-Nectaire), « le choc a été violent » le consommateur ayant changé ses habitudes depuis le début de l’épidémie, « privilégiant les produits basiques tels que les pâtes et ne cherchant pas les achats plaisir ». Pour leur venir en aide, les syndicats interprofessionnels de défense des 5 fromages AOP d’Auvergne se sont mobilisés, en négociant l’indemnisation de certaines pertes, ou en assouplissant le cahier des charges pour faciliter, par exemple, la congélation de certains produits laitiers.

Face à cette situation, Intermarché se mobilise aux côtés des producteurs de fromages auvergnats et encourage les Français à en consommer. L’enseigne mettra en avant, cette semaine, le Saint-Nectaire laitier, proposé à un prix de vente au minimum légal*, pour offrir des débouchés à un maximum de volumes. Ce Saint-Nectaire laitier provient de la Société Fromagère du Livradois, située dans le village de Tauves dans le Puy-de-Dôme (63). Plusieurs exploitations agricoles bénéficieront directement de cette opération. Un soutien média contribuera à la prise de conscience des Français et fera largement passer ce message de solidarité vis-à-vis des producteurs de fromages de terroirs.