Face au pic de consommation d’électricité provoqué par la vague de froid, les Mousquetaires s’inscrivent dans une démarche citoyenne grâce à leur mécanisme d’effacement. De ce fait, ils soulagent les tensions entre l’offre et la demande aux heures de pointe.

L’approvisionnement électrique de la France est-il suffisant ? Le doute a longtemps persisté, la semaine du 16 janvier, en raison d’une vague de froid inédite. La filiale d’EDF gérant le réseau public de transport d’électricité haute tension peut enfin souffler. Le blackout a été évité. En procédant à des mesures d’effacement, des entreprises, souvent des industriels, sont venues à la rescousse du réseau électrique. Faisant du développement durable et de la réduction de leur consommation d’énergie un enjeu majeur, les Mousquetaires ont pris part à cette démarche citoyenne. Lors des pics de consommation d’électricité, ils ont réinjecté 8MWh des 700 MWh d’effacements déclarés par l’ensemble des entreprises au réseau de transport en électricité et se placent comme un acteur incontournable de l’équilibre entre l’offre et la demande sur le marché de l’électricité

Une réponse environnementale au marché de l’énergie

Pour pallier l’arrêt de réacteurs nucléaires, à la demande de l’Autorité de Sûreté Nucléaire, et l’épuisement de l’hydraulique, les opérateurs français de modulation électrique encouragent la mise en place de nouveaux moyens de production d’énergie. En ce sens, l’effacement apporte une réponse aux problématiques environnementales du marché de l’énergie. Cette méthode vise à réduire temporairement la consommation d’un point de vente, d’une usine ou d’un entrepôt, en se substituant à ses propres moyens de stockage d’électricité. Les espaces de stockages doivent avoir accumulé suffisamment d’énergie au préalable pour relayer l’alimentation classique des dispositifs de production. La quantité d’énergie non utilisée pendant l’effacement n’est que différée. Aujourd’hui, une quarantaine de sites appartenant au Groupement des Mousquetaires (points de vente, bases logistiques, usines de production), en possession d’un groupe électrogène, participent à cet effort. Une liste qui s’allonge chaque mois.

Partagez cet article : Share on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookPin on PinterestPrint this pageEmail this to someone

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer l’audience de ce site et vous proposer des contenus, services et publicités adaptés à vos centres d’intérêts.
En savoir plus