Le 29 septembre 2015, le « Jean-Pierre Le Roch », le nouveau navire de la Scapêche, a été baptisé à Lorient.

photo inauguration

 

Marie-Thérèse Le Roch, présidente de la Fondation Le Roch-Les Mousquetaires a baptisé le 29 septembre 2015, à Lorient, le « Jean-Pierre Le Roch », un navire nouvelle génération de la Scapêche, la flotte de pêche des Mousquetaires. Jean-Pierre Meunier, président de la Société Les Mousquetaires ainsi que Didier Duhaupand, président Agromousquetaires, étaient présents.

 

D’une dimension de 41, 70 mètres, le « Jean-Pierre Le Roch » est un concentré des dernières innovations du secteur. Il bénéficie aussi de l’expérience de la Scapêche accumulée depuis son premier bateau en 1992. Il représente un investissement de 8,5 millions d’euros, porté par quatre piliers : l’innovation, la polyvalence, la pêche durable et enfin l’humain.

Innovation

Le « Jean-Pierre Le Roch » est un navire majoritairement construit en acier, suivant la réglementation du Bureau Veritas. Il a été conçu par Coprexma, bureau d’études en architecture navale de Pont-l’Abbé, et construit par les chantiers Armon à Navia en Espagne, réputés à l’échelle européenne pour la qualité de leurs navires.

 

Ce nouveau bateau de la Scapêche est remarquable en plusieurs points. La résistance de frottement a été travaillée afin d’augmenter sa vitesse de navigation et réduire sa consommation de carburant (33 % inférieure aux bateaux remplacés). Les machines et les appareils nécessaires aux manœuvres et aux opérations de manutention qui se font sur le navire sont électriques : treuil, enrouleur, bras monopode, … Toutes ces innovations sont synonymes de sécurité améliorée, de réduction du niveau de bruit, de l’absence de pollution et d’une maintenance facilitée.

Pêche durable

Pour une meilleure sélectivité des espèces pêchées, ce bateau exploite plusieurs types de filets à maille ouverte. Ainsi, il peut s’adapter aux conditions de pêche, en ciblant les espèces recherchées selon leur taille. Des techniques innovantes permettant de pratiquer une pêche durable.

 

Le « Jean-Pierre Le Roch » pêche à des profondeurs allant de 150 à 800 mètres, respectant la limite de profondeur autorisée comme tous les chalutiers de la Scapêche. Ce navire prend aussi en compte la gestion des déchets puisqu’un compacteur pour déchets ainsi qu’une zone de stockage réfrigérée pour les rejets de pêche sont présents à bord. De cette manière, toutes les conditions sont réunies pour respecter la législation sur l’obligation de ramener à terre les prises accessoires.

Polyvalence

Le « Jean-Pierre Le Roch » est un chalutier conçu pour la pour la pêche des espèces démersales et pour la pêche au chalut, dans des mers et des environnements très variés. Il résiste à des conditions climatiques extrêmes.

 

Cette polyvalence lui permettra de pêcher différentes espèces de poissons en fonction des saisons et des quotas alloués. Il pourra aussi adapter sa zone de pêche, de l’ouest des Shetland jusqu’à la pointe de Cornouailles britannique.

Vie et travail à bord

L’équipage, sous pavillon français, est composé de 21 marins. Le « Jean-Pierre Le Roch » embarque 14 marins à bord, avec une rotation par tiers. Le capitaine du « Jean-Pierre Le Roch », Johan Jaffrezic commandait auparavant le Roselend, l’un des chalutiers rachetés en 2014 par la Scapêche à l’armement Dhellemmes.

 

L’architecture du navire et son aménagement général ont été pensés pour offrir les meilleures conditions de travail possibles à bord. Ergonomie des postes de travail, meilleure isolation phonique au sol, fabrication de cabines à deux couchettes (contre six auparavant), construction d’espaces de vie et de repos plus larges, etc.

Partagez cet article : Share on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookPin on PinterestPrint this pageEmail this to someone

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer l’audience de ce site et vous proposer des contenus, services et publicités adaptés à vos centres d’intérêts.
En savoir plus