Après une première expérience en Ecosse, Estelle Salvert travaille pour la Scapêche depuis près de 15 ans, où elle est aujourd’hui responsable d’exploitation, en charge de 6 chalutiers et 2 caseyeurs

Parlez-nous un peu de vous, de votre métier, de vos journées…

Je n’ai pas de journée type ! Cela dépend du planning des débarques, parfois des aléas techniques et aussi des conditions météo. Je garde un contact permanent avec les équipages, ce qui me permet d’organiser au mieux les débarques en fonction des contraintes d’exploitation mais aussi des besoins du marché. Nous sommes en relation avec Capitaine Houat, l’unité de transformation d’Agromousquetaires, que nous approvisionnons tout en tenant compte des contraintes de nos navires.

Ce qui est appréciable dans mon travail, c’est le relationnel avec les marins pêcheurs… on connaît l’ensemble des équipages, souvent leur famille. C’est important, parce qu’ils sont parfois éloignés de chez eux pour un moment, alors je prends des nouvelles, je maintiens une relation privilégiée et proche d’eux.

Et, avantage non négligeable, je travaille dans un environnement de travail assez   agréable, en bord de mer !

Quelles sont  vos missions récurrentes ?

J’arrive le matin vers  6 h, à la criée du Guilvinec,  au moment où  les bateaux vendent leur pêche. Je contrôle la qualité de l’arrivage et prends connaissance des cours de vente du poisson sous criée. Je vérifie que les préventes, c’est-à-dire le produit vendu directement à Capitaine Houat, notre unité de production, soient prêtes à être envoyées sur Lanester.

Quand j’arrive au bureau, je consulte les mails d’annonce des tonnages à bord, envoyés par les navires prévus à la débarque des prochains jours, et je contacte le service commercial de Capitaine Houat pour commercialiser ce poisson. Le  reste de la matinée dépend des débarques de bateaux : pour les départs, nous devons organiser l’avitaillement des navires, les rotations entre les marins débarquants et embarquants…

J’appelle les navires en cours de marée, pour voir si tout se passe bien. En fonction des conditions météorologiques, nous pouvons être amenés à modifier le planning. L’important étant que les marins travaillent  toujours dans de bonnes conditions en général, tout en privilégiant la sécurité.

J’ai aussi des tâches administratives qui m’occupent en général l’après-midi.

Quel est votre moment préféré dans la journée ?

Quand je regarde nos navires partir en mer depuis ma fenêtre sur le belvédère du Guilvinec et que le capitaine me salue avec sa corne de Brume!

Partagez cet article : Share on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookPin on PinterestPrint this pageEmail this to someone

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer l’audience de ce site et vous proposer des contenus, services et publicités adaptés à vos centres d’intérêts.
En savoir plus